Chronique – Assurance invalidité

Une invalidité pourrait-elle vous coûter votre entreprise ?

Pour tout propriétaire d’entreprise, son actif le plus précieux est son revenu. Lorsque la santé va, tout va: profits, croissance, projets d’expansion et de relève. Tout comme les dépenses, les revenus de l’entreprise augmentent. Les bénéfices ne cessent de croître, jusqu’à ce qu’un évènement imprévisible se présente. Mais qu’est-ce qui pourrait bien faire changer le cours des choses? Quelle embûche pourrait perturber la situation prospère de l’entreprise ?

Lorsque tout va bien, penser à se couvrir avec une assurance invalidité n’est pas un automatisme. Pourtant, les revenus sont là, la santé est bonne, l’entreprise a le vent dans les voiles. Bref, le moment est parfait. Mais, il y a toujours cette crainte de payer pour rien, faire l’erreur de se protéger sans qu’il n’arrive quoique ce soit.

Pourtant, faire l’erreur inverse serait d’autant plus grave, voir même catastrophique. En fait, tout réside dans la question suivante: est-ce préférable de prendre le risque de commettre une petite ou une grosse erreur? Afin d’éclairer votre choix, voici les conséquences reliées à l’une ou l’autre des options qui s’offrent
à vous. Si vous n’êtes pas invalide, vous aurez payé les primes sans qu’un sinistre n’arrive, mais cela ne changera pas votre vie pour autant.

À l’opposé, si vous devenez invalide sans avoir d’assurance invalidité, votre erreur vous coûtera toutes les prestations auxquelles vous auriez eu droit pendant
votre invalidité. En plus de ne pas recevoir ces prestations, si votre invalidité persiste, vous ne serez plus capable de travailler, donc vous ne pourrez plus vous verser de salaire. Sans revenu, pourrez-vous subvenir aux besoins de votre famille et de votre entreprise dans laquelle vous avez mis tant d’efforts? Seriez-vous obligé de vendre? L’enjeu est trop important pour se permettre de reporter la souscription d’une assurance invalidité individuelle.

Et s’il y a partenariat, est-ce encore utile de se protéger contre une invalidité? L’associé pourra-t-il tout prendre à sa charge? La réponse va de soi lorsque l’on pense aux répercussions qu’une invalidité pourrait avoir sur l’entreprise. Cette dernière devrait d’abord accuser une perte de productivité et de bénéfices, sans compter une charge de travail accrue pour l’autre associé ainsi qu’une pression exercée par les créanciers. De plus, une dégradation des relations avec les fournisseurs et les clients prendra sa place dans le lot des complications. Enfin,
une personne devra certainement être engagée pour remplacer l’associé invalide, et finalement, l’autre associé devra trouver les fonds nécessaires pour faire le rachat des parts de l’associé absent.

Nous parlons surtout d’invalidité, mais il faut savoir que la situation serait la même si une maladie grave vous choisissait comme cible. De là l’importance de non seulement se protéger avec une assurance invalidité individuelle, mais également compléter avec une assurance contre les maladies graves. Cette dernière servira à payer les dépenses supplémentaires souvent associées à une maladie grave. Cette assurance vous permettra également de couvrir les frais d’entreprises, comme le remboursement de prêts ou les paiements aux fournisseurs.

D’autres types d’assurance invalidité sont également disponibles pour les entreprises. L’un des produits intéressants est bien sûr la protection des frais généraux d’entreprise. Cette assurance vous permettra de régler les frais fixes de l’entreprise, comme les services publics, les baux, les salaires et les taxes foncières pendant que dure votre invalidité ou celle de votre associé.

Bref, nombreuses sont les solutions qui s’offrent à vous avant qu’une invalidité se produise. Pourquoi prendre le risque? Après tout, 1 personne sur 2, dès l’âge de 35 ans, risque de devenir invalide pendant 90 jours ou plus, avant l’âge de 65 ans. Sachez également que la durée moyenne de ces invalidités est de 2,9 ans.

DespresAss_Corpo-MarieMINI

Marie-Pier Després
Conseillère en sécurité financière
Conseillère en assurance et rentes collectives